Appel à mobilisation Festival ALIMENTERRE 2021

Publié le 11/06/2021

L'appel à participation du Festival ALIMENTERRE 2021 est lancé ! Événement incontournable sur les enjeux alimentaires mondiaux, le festival aura lieu du 15 octobre au 30 novembre. À travers une sélection de neuf films, les citoyens sont amenés à s'informer et comprendre les enjeux agricoles et alimentaires en France et dans le monde, afin qu'ils participent à la co-construction de systèmes alimentaires durables et solidaires ainsi qu'au droit à l'alimentation.

Les thématiques du festival 2021

Le festival ALIMENTERRE 2021 ouvrira de nouveaux débats : Quelles politiques agricoles et commerciales pour permettre aux agriculteurs de France et d'ailleurs de vivre dignement ? Comment concilier l'étalement urbain dans les métropoles avec la volonté de souveraineté alimentaire ? Quelle place et leviers d'actions sont aux mains de la société civile ? Que se cache-t-il derrière nos choix de consommation ? Quels sont les impacts de nos achats alimentaires quotidiens, ici et ailleurs ? Comment tisser des solidarités entre apprenants, producteurs et consommateurs d'ici et là-bas ? Comment développer des filières plus durables et qu'est ce que cela change dans la vie des producteurs ? Comment gérer durablement et collectivement ces communs afin de préserver l’environnement et les personnes qui en vivent ?

Découvrez la sélection de films documentaires !

La sélection 2021 est composée de deux courts métrages, trois moyens métrages et quatre longs métrages.

> Longs métrages

Sur le champ ! (61 minutes)
de Michaël Antoine, Nicolas Bier et Jean Simon Gérard
Mots clés : agriculture familiale, agroécologie, alternatives, organisations paysannes, ressources naturelles, souveraineté alimentaire.
Synopsis : Ce documentaire part d'un postulat, celui du paradoxe de la fin : dans le monde, ceux qui produisent sont également ceux qui ont faim. Il tente d'apporter des solutions, en partant à la rencontre d'acteurs de terrain. Il s’agit d'une nouvelle génération de paysans, qui se développent autour du principe de résilience. Un modèle résilient replace l'humain au centre et cohabite de façon plus harmonieuse avec l'environnement dans les paysans dépendent pour produire. Dans l'optique de s'émanciper de l'agriculture industrielle au profit d'une agriculture durable, une des pistes avancées est celle de la multiplication des petites initiatives : petites fermes belges, jardins collectifs à Madagascar…

Manger autrement, l'expérimentation (90 minutes)
de Andrea Ernst
Mots clés : modèle alimentaire européen, externalités, expérimentation, habitudes de consommation, habitudes alimentaires, alternatives
Synopsis : En Autriche, des chercheurs ont entrepris une expérience inédite : cultiver la totalité de ce que mange un Européen moyen dans un champ de 4 400 mètres carrés. Il est rapidement apparu que les cultures fourragères et les produits importés occupaient deux fois plus de surface que les produits végétaux et locaux. Un documentaire porteur d’espoir pour démontrer la nécessité de se nourrir autrement. Si tout le monde s'alimentait comme nous le faisons en Europe, une deuxième planète serait nécessaire. Aussi l'Université des ressources naturelles et des sciences de la vie de Vienne a-t-elle mis en place une expérience scientifique pour mettre en évidence, à taille et en temps réels, la dimension spatiale de nos habitudes alimentaires. L’expérience a ainsi démontré que nous accaparons une surface deux fois supérieure à celle dont nous disposons, et que notre alimentation rejette autant de gaz à effet de serre que l’automobile. Comment se nourrir autrement ? Trois familles ont alors essayé de réduire leur part de surface cultivable en adoptant une alimentation plus responsable, moins riche en viande et alignée sur la production locale et saisonnière.

Nourrir le changement (68 minutes)
de Camille Montocchio
Mots clés : système agro-industriel, monoculture, échanges mondiaux, alternatives, circuits mondiaux
Synopsis : L'alimentation ne se réduit pas seulement à ce qu'il y a dans nos assiettes. Loin d’être seulement une marchandise, elle est avant tout un droit humain, un déterminant culturel, un lien à la Nature. Se nourrir. Derrière ce geste simple se cachent des organisations complexes, unissant la terre aux papilles des mangeurs·euses toujours plus nombreux·ses. Elles sont aujourd'hui soumises à un modèle économique inégalitaire et destructeur de notre environnement. Agir sur l'alimentation peut donc être un levier fondamental pour faire face aux grands défis de notre époque. Alors, comment la mettre au service du changement ? C'est la question centrale de « Nourrir le Changement ». Ce documentaire tourné sur quatre continents nous emmène à travers la savane massaï, les jardins mahorais et les haciendas costariciennes. Au cours de ce voyage, se dessine les contours d'un futur alimentaire réjouissant.

Douce France (90 minutes)
de Geoffrey Couanon
Mots clés : étalement urbain, éducation à la citoyenneté, artificialisation des sols, développement durable, économie locale, souveraineté alimentaire
Synopsis : Amina, Sami et Jennyfer sont lycéens en banlieue parisienne, dans le 93. Avec leur classe, ils se lancent dans une enquête inattendue sur un gigantesque projet de parc de loisirs qui implique d'urbaniser les terres agricoles proches de chez eux. Mais a-t-on le pouvoir d'agir sur son territoire quand on a 17 ans ? Drôles et intrépides, ces jeunes citoyens nous emmènent à la rencontre d'habitants de leur quartier, de promoteurs immobiliers, d'agriculteurs et même d'élus de l'Assemblée Nationale. Une quête réjouissante qui bouscule les idées reçues et ravive notre lien à la terre ! A l’âge pivot de 17 ans où ils doivent choisir l’orientation de leurs futures études, Amina, Sami, Jennyfer et leur classe posent des questions universelles : Que fabrique-t-on dans nos métiers et dans nos vies ? Quelles activités choisit-on pour nos territoires et quel impact sur nos vies ? Des questions qui résonnent particulièrement en cette période de réflexion sur un changement de paradigme.

> Moyens métrages

Au-delà des clôtures (52 minutes)
de DéTERREminés
Mots clés : témoignages, productivité, durabilité des modèles, transition
Synopsis : Olivier et Patrick sont deux frères installés en Haute-Marne, Paul et Margaux, père et fille, élèvent leurs vaches laitières en Maine et Loire, Romain a repris la ferme de son père il y a quelques années en Bretagne. Au-delà des clôtures raconte, à travers leurs témoignages, leur transition vers des systèmes plus respectueux des hommes, de la nature et des animaux. De leur ancien système à leurs projets pour demain, ces agriculteurs confient leurs motivations pour changer, leurs peurs, leurs difficultés, les avantages et les risques des systèmes plus économes et autonomes vers lesquels ils se sont tournés.

L'arbre providence (52 minutes)
de Michelle Hellas
Mots clés : agriculture vivrière, souveraineté alimentaire, agroforesterie, ONG locale, lobbying
Synopsis : Au Togo, une pratique agroforestière ancestrale est remise au goût du jour : planter certains arbres dans les champs de café, de cacao, de légumes ou de céréales, dans le but qu'ils fertilisent, de manière naturelle et gratuitement les sols? Ces arbres, que l'on appelle les fertilitaires, restaurent en quelques années les sols devenus impropres à la culture. Cette forme de culture permet de sortir les paysans de la pauvreté, et de fait les incite à rester au village plutôt qu’à émigrer. Ces arbres stockent des tonnes de carbone, ils attirent les pluies, et pourraient changer certaines régions d'Afrique, ce qui ne plaît pas à tout le monde…

Le Festin, Tong-tong (41 minutes)
de Anne-Sophie Guillaume, Thomas Michel et Papis Coly
Mots clés : agriculture, urbanisation, accaparement des terres, lutte de la communauté rurale, autorité locale, mobilisation citoyenne
Synopsis : Comment être jeune paysan.ne au Sénégal au temps où les autorités et entreprises s’accaparent les terres agricoles, se les partagent comme un festin et transforment les paysans en ouvriers agricoles ? Ce film part à la rencontre des paysannes et paysans sénégalais qui se battent contre des superstructures législatives et économiques. De la pêche à l'élevage, du Nord au Sud du pays, le schéma apparaît tristement similaire. « On demande aux jeunes de rester et de travailler ici, mais tout ça ce sont de beaux slogans. Où est le socle pour tout ça ? Si on veut que les jeunes restent, il faut leur laisser la ressource » nous confie un jeune pêcheur sénégalais à Dakar. Au niveau international, malgré la diversité des communautés rurales, les paysans de La Via Campesina prouvent que ces enjeux sont communs et proposent des outils pour accéder à la souveraineté alimentaire et à l'autodétermination des peuples. La Via Campesina est un mouvement international qui coordonne des organisations de petits et moyens paysans, de travailleurs agricoles, de fermes rurales, de communautés indigènes d'Asie, des Amériques, d'Europe et d'Afrique.

> Courts métrages

Paradoxe de la faim (10 minutes)
de SOS faim et Ile de Paix
Mots clés : système économique mondial, pauvreté, souveraineté alimentaire, subventions, monocultures, faim, inégalités, relations asymétriques
Synopsis : Les personnes qui ont le plus faim sont celles qui produisent de la nourriture, pourquoi ? C’est le paradoxe de la faim. Une des explications se trouve dans le système économique et politique mondial. Trois exemples permettent de comprendre ce phénomène : le Burkina Faso et la production laitière, le Pérou et les avocats, l'Indonésie et l'huile de palme. De plus, la concurrence inégale et les subventions encouragent certains modes de productions, souvent loin de l'agriculture vivrière…

Uar – The Resilient (28 minutes)
de Julie Lunde Lilesaete
Mots clés : agriculture familiale, changement climatique, entraide, alternative, souveraineté alimentaire
Synopsis : Dans ce court métrage, un agriculteur norvégien frappé par la sécheresse tente de trouver des solutions à son problème. Passionné par son travail, il se pensait intouchable par le réchauffement climatique… jusqu’à un été particulièrement rude. C'est dans cette optique, pour protéger l'exploitation familiale de production laitière, qu'il se rend au Malawi, en Afrique de l'Est. A la rencontre des agriculteurs, notamment d'une femme cheffe d'exploitation, il va apprendre de ces personnes qui vivent les effets du changements climatiques depuis de nombreuses années déjà. Il y découvre des méthodes de cultures et se surprend à s'identifier à cette population. Ces rencontres et échanges de savoirs sont particulièrement émouvants…

L'édition 2021 : un festival en salle et en ligne sur Imagotv.fr

Plébiscitée par les organisateurs et les publics, le festival ALIMENTERRE en ligne sera reconduit à l'automne 2021. La complémentarité des deux formats et les nouvelles perspectives offertes par la version en ligne ont séduit les acteurs du réseau ALIMENTERRE. Comme en 2020, les projections débats numériques se dérouleront sur Imagotv.fr.

Pourquoi organiser une projection publique ? 

 Pour organiser un moment de rencontre et d’échange entre acteurs locaux et internationaux engagés dans la transition agricole et alimentaire.
✓ Pour proposer des clés de compréhension qui donnent les moyens d’agir.
✓ Pour bénéficier d’un outil au service de l’animation et de la transition agricole dans les zones rurales.
 Pour sensibiliser aux défis globaux grâce à l’appropriation des enjeux alimentaires locaux et mondiaux.
✓ Pour développer l’ouverture au monde.
✓ Pour faire prendre conscience du rôle de chacun en tant que citoyen acteur dans la construction d’un monde plus juste, durable et solidaire.
✓ Pour organiser des rencontres inspirantes et découvrir des alternatives engageantes.

Toute structure partageant les valeurs défendues par le festival peut organiser une ou plusieurs projections-débats. Afin d'être accessibles au plus grand nombre, les projections-débats peuvent avoir lieu dans n'importe quel lieu (cinémas, salles municipales, médiathèques, lycées, universités, fermes, Biocoop, etc.). 

Plus d'infos et contact auprès de Agathe Neveu, coordinatrice régionale du festival ALIMENTERRE en Bretagne : animation@bretagne-solidaire.bzh
> Retrouvez toutes les informations sur notre page Facebook : Festival Alimenterre en Bretagne

Réseau Bretagne Solidaire

Créé le 16 novembre 2018, sous statut d'association Loi 1901, le Réseau Bretagne Solidaire (RBS) est le 12ème réseau régional multi-acteurs (RRMA) au service des acteurs bretons engagés dans des projets de coopération et de solidarité internationales. Sa vocation ? Accompagner les acteurs associatifs, publics, économiques et institutionnels dans leur politique de coopération internationale et leurs projets de solidarité internationale, en favorisant les échanges, le travail collaboratif, le renforcement des compétences et la valorisation des initiatives.

Informations pratiques

Siège social

50 cours de Chazelles, 56100 Lorient
Tél. : 02 97 21 63 24
contact@bretagne-solidaire.bzh

Ministère de l'Europe et des Affaires Étrangères
Région Bretagne
FONJEP
CRID
Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Soc
 iale
Agence française pour le développement