ODD n°9 - Innovation et infrastructure

Les objectifs de développement durable ou ODD sont un programme universel ayant pour ambition de construire un monde plus juste et plus durable pour tous. L’objectif n°9 est la création d'infrastructures durables et la mise au service du développement de l'innovation.

Les investissements dans l’infrastructure – le transport, l’irrigation, l’énergie, les technologies de l”information et de la communication – sont essentiels pour parvenir au développement durable et à l”autonomisation des communautés dans de nombreux pays. On sait depuis longtemps que la croissance de la productivité, des revenus ainsi que les améliorations en matière de santé et d”éducation nécessitent des investissements dans les infrastructures.

La fabrication, en particulier, est un moteur important du développement économique et de l’emploi. À l’heure actuelle, la valeur ajoutée manufacturière par habitant n’est que de 100 dollars dans les pays les moins avancés, contre plus de 4 500 dollars en Europe et en Amérique du Nord. Un autre facteur important à considérer est l’émission de dioxyde de carbone lors des processus de fabrication. Les émissions ont diminué au cours de la dernière décennie dans de nombreux pays, mais le rythme du déclin n’a pas encore été observé dans le monde entier.

Le progrès technologique est à la base des efforts entrepris pour atteindre les objectifs environnementaux, tels que l’utilisation optimale des ressources et de l’énergie. Sans la technologie et l’innovation, il n’y aura pas d’industrialisation, et sans industrialisation, il n’y aura pas de développement. Il faut investir davantage dans les produits de haute technologie qui dominent les productions manufacturières afin d’accroître l’efficacité et de se concentrer sur les services de téléphonie cellulaire mobile qui augmentent les connexions entre les personnes.

Quelques chiffres clés

    • Les infrastructures de base comme les routes, les technologies de l’information et de la communication, l’assainissement, l’énergie électrique et hydraulique, restent rares dans de nombreux pays en développement.
    • 16 % de la population mondiale n’a pas accès aux réseaux haut débit mobiles.
    • Pour de nombreux pays africains, en particulier pour les pays à faible revenu, les contraintes existantes en matière d’infrastructures affectent la productivité des entreprises d’environ 40 %.
    • La part mondiale de la valeur ajoutée manufacturière dans le PIB est passée de 15,2 % en 2005 à 16,3 % en 2017, sous l’effet de la croissance rapide du secteur manufacturier en Asie.
    • Le secteur manufacturier est une importante source d’emplois, qui représentait près de 470 millions d’emplois dans le monde en 2009 – soit environ 16 % des 2,9 milliards de travailleurs mondiaux. En 2013, on estime qu’il y avait plus d’un demi-milliard d’emplois dans le secteur manufacturier.
    • L’industrialisation a un effet multiplicateur sur l’emploi et donc un impact positif sur la société. Chaque emploi dans le secteur manufacturier crée 2,2 emplois dans d’autres secteurs.
    • Les petites et moyennes entreprises engagées dans la transformation et la fabrication industrielles jouent un rôle crucial dans les premières phases de l’industrialisation et sont généralement les plus grandes créatrices d’emplois. Elles représentent plus de 90 % des entreprises dans le monde et entre 50 à 60 % des emplois.
    • Les pays les moins avancés ont un immense potentiel en ce qui concerne l’industrialisation, notamment dans les secteurs de l’alimentation et des boissons (agro-industrie), du textile et des vêtements.
    • Les pays à faible et à moyen revenu peuvent tirer parti de leur intégration dans les industries métallurgiques, celles-ci répondant à une demande internationale en pleine croissance.
    • Dans les pays en développement, à peine 30 % de la production agricole fait l’objet d’une transformation industrielle. Dans les pays à revenu élevé, ce chiffre s’élève à 98 %. Cela semblerait indiquer qu’il existe de grandes opportunités pour les pays en développement dans l’agro-industrie.

Liens

Réseau Bretagne Solidaire

Créé le 16 novembre 2018, sous statut d'association Loi 1901, le Réseau Bretagne Solidaire (RBS) est le 12ème réseau régional multi-acteurs (RRMA) au service des acteurs bretons engagés dans des projets de coopération internationale et de solidarité. Sa vocation ? Accompagner les acteurs associatifs, publics, économiques et institutionnels dans leur politique de coopération internationale et leurs projets de solidarité internationale, en favorisant les échanges, le travail collaboratif, le renforcement des compétences et la valorisation des initiatives.

Informations pratiques

Siège social

50 cours de Chazelles, 56100 Lorient
Tél. : 02 97 21 63 24
contact@bretagne-solidaire.bzh

Antenne 35

15 rue Martenot, 35000 Rennes

Ministère de l'Europe et des Affaires Étrangères
Région Bretagne
FONJEP
CRID
Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Soc
 iale
Agence française pour le développement